XAVIER MARTIN

Professeur des Universités

 

 

 

 

 

 

 

Voltaire méconnu

Aspects cachés

de l’humanisme des Lumières

 

1750-1800

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’homme des droits de l’homme / 3

 

D M M

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(QUATRIÈME DE COUVERTURE)

 

 

Xavier Martin

 

Voltaire méconnu

Aspects cachés

de l’humanisme des Lumières

(1750-1800)

 

 

Le discours officiel sur l’humanisme des Lumières tend à sous-estimer l’une de ses composantes les plus originales : la propension à s’exprimer sur le mode du mépris ou de la haine.

Généreusement documenté, l’essai présent inventorie les foisonnantes catégories qu’a honorées l’acrimonie des « philosophes » – celle de Voltaire principalement. Haine ou mépris du genre humain en général et des gens modestes en particulier... Mépris des femmes, à l’occasion jusqu’au sordide... Haine ou mépris des religions, éventuellement jusqu’au délire... Réelle absence de sympathie pour les Arabes et pour les Juifs... Inimitié envers les Turcs, jusqu’à certains fantasmes d’extermination... Mépris des Calas, que Voltaire, en douce, avec insistance tient pour « imbéciles ». Exécration des jeunes auteurs trop talentueux, que ce même humaniste a su œuvrer parfois à faire incarcérer par lettre de cachet... Tout cela est peu connu, en tout cas peu vulgarisé, comme si certains considéraient, avec l’intéressé lui-même, que « le vulgaire » ne mérite pas d’être informé.

Or l’énumération n’est pas limitative. Car ce qui revit et palpite au fil de ces pages de lecture aisée, c’est la richesse thématique d’un moment dense et attachant de l’histoire de l’esprit humain. Ce moment, bien sûr, n’est pas réductible au mépris et à la haine, mais restituer ces composantes de son identité aide à moins mal saisir certaine complexité des valeurs décisives qu’il nous a léguées.

 

 

XAVIER MARTIN, professeur des Universités, historien des idées politiques, a publié sur l’esprit des Lumières et la Révolution des travaux remarqués, dont les conclusions s’écartent parfois des idées reçues de l’académisme universitaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

DU MÊME AUTEUR :

 

Le principe d’égalité dans les successions roturières en Anjou et dans le Maine, préface de P-C. Timbal, P.U.F., Paris, 1972.

 

 

CHEZ LE MÊME ÉDITEUR :

 

Nature humaine et Révolution française.

Du Siècle des Lumières au Code Napoléon, 2e édition, 2002.

 

Sur les droits de l’homme et la Vendée, 1995.

 

L’homme des droits de l’homme et sa compagne.

Sur le quotient intellectuel et affectif du « bon sauvage », 2001.

 

Mythologie du Code Napoléon.

Aux soubassements de la France moderne, 2003.

 

 

TRADUCTION ANGLAISE :

 

Human Nature and the French Revolution. From the Enlightenment to the Napoleonic Code, trad. P. Corcoran, New York-Oxford, 2001.

 

 

 

 

 

 

 

 

Xavier Martin

 

Voltaire méconnu

Aspects cachés de l’humanisme des Lumières (1750-1800)

 

Dominique Martin Morin

Adresse postale : 53290 Bouère – France

Adresse électronique : editions.dmm@wanadoo.fr

 

ISBN : 2-85652-303-X

EAN : 9782856523032

 

2006, DMM, tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À Marie-Pauline Deswarte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les mots portés en italiques dans les citations le sont fréquemment par nos soins. Les exceptions sont signalées par la mention « m.s.o. », c’est-à-dire « mot(s) souligné(s) dans l’original ».

 

Le titre des livres anciens est en principe suivi, entre parenthèses, soit de la date de leur première publication, soit (dans ce cas, mention « écr. ») de celle, au moins approximative, de leur composition, soit quelquefois de ces deux dates.

 

Dans les références, les chiffres précédés de la lettre « D » (suivis du tome et de la page) renvoient à la correspondance (active et passive) de Voltaire publiée par T. Besterman (Correspondence and related Documents, 51 vol., Genève-Toronto, puis Banbury, puis Oxford, 1968-1977).

 

L’orthographe et la ponctuation, dans les citations, ont été modernisées.

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant-propos

 

 

Les philosophes français du XVIIIe siècle ont la réputation d’être animés d’une grande faveur pour leurs semblables – compatriotes et frères humains en général. Cet état d’esprit, qui leur fait honneur, est assorti aux idéaux de tolérance, d’égalité, de liberté qu’on les admire aussi d’avoir su illustrer avec obstination. C’est sous ce jour que les présentent à l’ordinaire les manuels d’enseignement de tous degrés, les sujets d’épreuve du baccalauréat, et la rhétorique sociopolitique, et tout ce qui dans une démocratie comme la nôtre œuvre à la noble tâche d’éduquer l’opinion.

Osera-t-on le dire ? Les fréquenter assidûment, ces philosophes, porte à nuancer – modérément ? – cette impression. Le mépris ou la haine sont en effet, dans leur propos accoutumé, donc dans leur armature mentale, des ressorts décisifs, dont on parle trop peu. Pour moins mal connaître ces écrivains souvent attachants et mieux saisir l’exacte essence de leur pensée philanthropique, il importe donc de porter les yeux sur ces composantes de leur biotope culturel – haine et mépris. Il ne saurait, naturellement, être question de sottement réduire leurs motivations et leurs sentiments au mépris et à la haine, mais de restituer à ces deux données la place légitime que non sans patience, attendant son heure, leur a réservée le devoir de mémoire dans l’historiographie.

Si l’on veut bien en croire la documentation, cette place n’est pas étroite. Encore évitons-nous, pour alléger l’exposition, de nous arrêter à certains aspects de quelque importance : nous n’évoquerons pas, sauf à les effleurer, le mépris du peuple au sens populaire, et le mépris des peuples, voire celui des races, qui sont pourtant des ingrédients fondamentaux (peu soulignés) de la mouvance intellectuelle dont nous parlons. Ces ingrédients appellent des livres spécifiques.

Nous ne chercherons pas à définir ni distinguer le mépris et la haine, nous en tenant à observer que la haine est là dès que le mépris vient à perturber le méprisant même, c’est-à-dire très tôt. Tout ensuite est affaire de curseur. Mais aussi de finesse sémantique : car à titre d’exemple, et en dépit des mots, le « mépris absolu » professé quelquefois par Voltaire est bien plus proche – nous semble-t-il – de la haine pure que du pur mépris.

Nous venons de prononcer le nom d’un philosophe. Effectivement, mais de façon un peu curieuse, mettre l’accent sur le mépris et sur la haine comme accessoires constitutifs de l’édifice intellectuel des Lumières françaises conduit à reconnaître un relief accusé, sous ce rapport comme sous tant d’autres, à leur plus illustre représentant, François de Voltaire. Il vaut mieux le savoir avant de commencer, car on eût cru spontanément plutôt le contraire. Ce n’est d’ailleurs qu’une des surprises de ce dossier.

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie

 

 

1. Sources

 

Accusateur public, L’, voir Richer de Serizy.

J. d’Alembert, Sur la destruction des Jésuites en France, 1765.

J. d’Alembert, Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie française, Paris, 1779.

L. Angliviel, voir La Beaumelle.

Année littéraire, L’ : consultée de seconde main dans J. Balcou, éd. (voir Fréron).

Archives parlementaires de 1787 à 1860 (nombreux volumes parus), 1re série en cours, 1787-1794, Paris, depuis 1879 ; 2e série en cours, 1800- ..., Paris, depuis 1862.

J.-B. d’Argens, voir J.-B. Boyer d’Argens.

P.-A. Aulard, éd., La Société des Jacobins. Recueil de Documents pour l’Histoire des Jacobins de Paris, 6 vol., Paris, 1889-1897.

Abbé A. Barruel, Mémoires pour servir à l’Histoire du Jacobinisme, revus et corrigés par l’auteur en 1818 (1re éd., 1797), publ. C. Lagrave, 2 vol., Chiré-en-Montreuil, 2005.

C. S. de Bentinck, Une Femme des Lumières. Écrits et Lettres de la comtesse de Bentinck, 1715-1800, prés. A. Soprani et A. Magnan, Paris, 1997.

Bernardin, voir Saint-Pierre.

M.-M. (marquis) de Bombelles, Journal, publ. J. Chaton-Bordas, J. Grassion, F. Durif, t. 5 (1795-1800), Genève, 2002.

J-B. Boyer d’Argens, Thérèse Philosophe (1748), Arles, 1992.

J-B. Boyer d’Argens, Défense du Paganisme par l’empereur Julien, en grec et en français, avec des dissertations et des notes pour servir d’éclaircissement au texte et pour en réfuter les erreurs, par M. le marquis d’Argens, Berlin, 1764. [J-B. Boyer d’Argens, Voltaire éd.], Discours de l’empereur Julien contre les chrétiens par M. le marquis d’Argens [...] avec de nouvelles notes de divers auteurs, Berlin, [1768], 1769.

E. Burke, Lettre à un membre de l’Assemblée nationale (19 janvier 1791), publiée en annexe de l’ouvrage suivant, p. 335-375.

E. Burke, Réflexions sur la Révolution de France (1790), Paris, 1989.

Catherine II, Lettres de Catherine II au Prince de Ligne (1780-1796), publiées avec quelques notes..., publ. Princesse de Ligne, Bruxelles-Paris, 1924.

S. R. N. Chamfort, Maximes, Pensées, Caractères et Anecdotes (écr. vers 1780-1794), Paris, 1968.

I. (Mme) de Charrière, Œuvres complètes, 10 vol., Amsterdam-Genève, 1979-1984.

F.-J. de Chastellux, De la Félicité publique ou Considérations sur le sort des hommes dans les différentes époques de l’histoire, Amsterdam, 1772 ; publ. R. Basoni, Paris, 1989.

F.-R. de Chateaubriand, Essai historique, politique et moral sur les Révolutions anciennes et modernes considérées dans leurs rapports avec la Révolution française (1797), Coll. Pléiade, publ. M. Regard, Paris, 1978.

F-R. de Chateaubriand, Génie du Christianisme ou Beautés de la Religion chrétienne (1802), Coll. Pléiade, publ. M. Regard, Paris, 1978.

A. de Cicé, voir P.-J. de Clorivière.

J.-M.-B. Clément, Observations critiques sur la nouvelle traduction en vers français des Géorgiques de Virgile et sur les poèmes des Saisons, de la Déclamation et de la Peinture, Genève, 1771.

P.-J. de Clorivière, A. de Cicé, Correspondance, 1787-1804, introd. J. de Viguerie, Paris, 1993.

A. Comte, Catéchisme positiviste (1852), dans ses Œuvres, Paris, 1970.

É. de Condillac, Traité des Sensations, 2 vol., Londres et Paris, 1754.

B. Constant, Journaux intimes (écr. 1803-1816), Paris, 1952, réimpr. 1994.

M. du Deffand, Correspondance complète de la marquise du Deffand, 2 vol., Paris, 1865.

P.-F. Desfontaines, La Voltairomanie, ou Lettre d’un jeune Avocat, en forme de mémoire, en réponse au libelle du sieur de Voltaire, intitulé le Préservatif, Paris, 1738.

D. Diderot, Œuvres, publ. L. Versini, 5 vol., Paris, 1994-1997 (t. 1, Philosophie, 1994 ; t. 2, Contes, 1994 ; t. 3, Politique, 1995 ; t. 4, Esthétique, Théâtre, 1996 ; t. 5, Correspondance, 1997). [Pour la polémique à laquelle a donné lieu cette publication, voir Dix-Huitième Siècle, vol. 30, 1998, p. 703-706.]

D. Diderot, Mémoires pour Catherine II (écr. 1773-1774), publ. P. Vernière, Paris, 1966.

D. Diderot, Réfutation suivie de l’ouvrage d’Helvétius intitulé L’Homme (écr. 1773-1774, publ. 1783-1786), dans ses Œuvres, t. 1, Paris, 1994, p. 771-923.

D. Diderot, Observations sur Hemsterhuis (écr. 1773-1774), dans ses Œuvres, t. 1, Paris, 1994, p. 687-770 ; voir aussi F. Hemsterhuis.

D. Diderot, Entretien d’un Philosophe avec la Maréchale de *** (1775), dans ses Œuvres, t. 1, p. 925-943.

D. Diderot, Correspondance, publ. G. Roth (puis J. Varloot à partir du t. 13), 16 vol., Paris, 1955-1970.

D. Diderot, voir aussi F. Hemsterhuis.

P. Dubreuil-Chambardel, Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin..., publ. M.-L. Llorca, Tours, 1994.

A. Duquesnoy, Journal d’Adrien Duquesnoy, député du tiers état de Bar-le-Duc (3 mai 1 789-3 avril 1790), 2 vol., Paris, 1894, cité de seconde main.

L. (Mme) d’Épinay, voir F. Galiani.

B. F. A. Fonvielle, Essais historiques, critiques, apologétiques et économico-Politiques, sur l’état de la France, au 14 juillet 1804..., Paris, 1804.

[J.-H.-S. Formey], Correspondance passive de Formey. Antoine-Claude Briasson et Nicolas-Charles-Joseph Trublet. Lettres adressées à Jean-Henri-Samuel Formey (1739-1770), publ. M. Fortius, R. Geissier et J. Häseler, Paris-Genève, 1996.

Fougeret de Monbron, Margot la Ravaudeuse (1750), Paris, 1958.

Fougeret de Monbron, Le Cosmopolite ou le Citoyen du Monde, s. 1., 1751, rééd. Londres, 1753 et 1761, cité de seconde main.

Frédéric II, Œuvres posthumes de Fréderic II, roi de Prusse, 12 vol., s. 1., 1789.

Fréron, E.-C. : J. Balcou, éd., Le Dossier Fréron. Correspondances et Documents, Genève-Saint-Brieuc, 1975.

F. Galiani, L. d’Épinay, Correspondance, publ. D. Maggetti et G. Dulac, t. 3, Paris, 1994.

E. Gibbon, Memoirs of My Life, Londres, 1966.

J. W. von Goethe, Souvenirs de ma Vie. Poésie et Vérité, trad. P. du Colombier, Paris, 1941, (cité de seconde main).

O. de Gouges, Écrits politiques, Paris, 1993.

F. P. de Graffigny, Correspondance de Mme de Graffigny, publ. E. Showaher et al., 8 vol. parus, t. 1, 7 et 8, Oxford, 1985, 2002 et 2003.

A. Guenée (Abbé), Lettres de quelques Juifs, portugais, allemands et polonois, à M de Voltaire (1769), 4e éd., 3 vol., Paris, 1776.

J. de Guibert, Essai général de Tactique (1772), Paris, 2004.

J. de Guibert, voir J. de Lespinasse.

C.-A. Helvétius, Correspondance générale d’Helvétius, 4 vol., publ. D. Smith et coll., Toronto-Buffalo-Oxford, 1981-1998.

F. Hemsterhuis, Lettre sur l’Homme et ses rapports, avec le commentaire inédit de Diderot, publ. G. May, New Haven, 1964.

A. Hitler, Libres Propos sur la Guerre et la Paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, préf. R. d’Harcourt, trad. F. Genoud, Paris, 1952.

P.-H. d’Holbach, Œuvres philosophiques, publ. J.-C. Bourdin et J.-P. Jackson, s. l. (Éd. Alive), t. 1, 1998.

P.-H. d’Holbach, Théologie portative ou Dictionnaire abrégé de la Religion chrétienne par Mr. L’abbé Bernier, Licencié en Théologie (1758), dans ses Œuvres philosophiques, t. 1, p. 479-613.

P.-H. d’Holbach, Le Bon Sens, ou idées naturelles opposées aux idées surnaturelles (1772), Paris, 1971.

P.-H. d’Holbach, Lettres à Eugénie ou Préservatif contre les Préjugés (1768), dans ses Œuvres philosophiques, t. 1, p. 301-477.

P.-H. d’Holbach, Système de la Nature, ou des Loix du Monde physique et du Monde moral (1770), 2 vol., Paris, 1990.

P.-H. d’Holbach : voir J. Lough dans les Travaux.

V. Hugo, Les Rayons et les Ombres (1840), dans ses Œuvres poétiques, I, publ. P. Albouy, Coll. « Pléiade », t. 1, Paris, 1964, p. 1015-1125.

W. von Humboldt, Journal parisien (1797-1799), trad. de l’all. par É. Beyer, s. 1. (Actes Sud), 2001.

Jacobins, voir P.-A. Aulard.

J. Joubert, Carnets (1774-1824), 2 vol. Paris, 1938, réimpr. 1994.

L. [Angliviel] de La Beaumelle, Mes Pensées ou le Qu’en dira-t-on (1751),

Genève, 1997.

L. [Angliviel] de La Beaumelle, Réponse au Supplément du Siècle de Louis XIV, Colmar, 1754.

Abbé J.-P.-R. de La Bletterie, Vie de l’Empereur julien l’Apostat, Paris, 1773.

J.-F. de La Harpe, Du Fanatisme dans la Langue révolutionnaire, ou de la persécution suscitée par les barbares du dix-huitième, contre la religion chrétienne et ses ministres, Paris, an 5-1797.

J. de La Mettrie, Discours sur le Bonheur (vers 1750), publ. J. Falvey, Banbury, 1975. A. Lenoir, Musée des Monumens français ou Description historique et chronologique des statues en marbre et en bronze, bas-reliefs et tombeaux des hommes et des femmes célèbres..., 6 vol., Paris, an IX (1800)-1806.

C. G. Leroy, Réflexions sur la Jalousie pour servir de commentaire aux derniers ouvrages de M. de Voltaire, Amsterdam, 1772.

J. de Lespinasse, J. de Guibert, Correspondance entre Mademoiselle de Lespinasse et le Comte de Guibert..., publ. comte de Villeneuve-Guibert, Paris, 1906.

J. de Lespinasse, Lettres à Condorcet (écr. 1769-1776), Paris, 1990.

S.-N.-H. Linguet, Le Fanatisme des Philosophes, Londres et Abbeville, 1764.

S.-N.-H. Linguet, Annales politiques, civiles et littéraires du XVIIIe siècle, 69 vol., Londres, 1777-1792.

J. de Maistre, Considérations sur la France (1796), s. l. (Éd. Complexe), 1988. J. de Maistre, Les Soirées de Saint-Pétersbourg ou Entretiens sur le Gouvernement temporel de la Providence (écr. vers 1810 ; publ. 1821), 2 vol., Paris, 1924.

J.-P. Marat, Correspondance de Marat, publ. C. Vellay, Paris, 1908.

Marie-Antoinette, Correspondance (1770-1793), publ. É. Lever, Paris, 2005.

F. Ménard de La Groye, député du Maine aux États généraux, Correspondance (1789-1791), Le Mans, 1989.

J.-L. Menetra, Journal de ma Vie, par Jacques-Louis Menetra, compagnon-vitrier..., prés. D. Roche, Paris, 1982.

L.-S. Mercier, Tableau de Paris (décennie 1780), publ. J.-C. Bonnet, 2 vol., Paris, 1994.

Moniteur (Le), Gazette nationale ou le Moniteur universel, à partir de novembre 1789.

C. de Montesquieu, Pensées. 1716-1765, publ. B. Grasset, Paris, 1941.

C. de Montesquieu, Pensées. Le Spicilège, Coll. Bouquins, Paris, 1991.

J. N. Moreau, Lettre à M. G. A. Vre. DV à M. Sur les principes, les règles et les bornes de la tolérance mis à la suite de l’Essai sur les bornes des connaissances humaines, Lausanne et Paris, 1785, cité de seconde main.

Abbé A. Morellet, Lettres d’André Morellet, publ. D. Medlin, J. C. David et P. Leclerc, 3 vol., Oxford, 1991-1996.

G. Morris, Journal de Gouverneur Morris, ministre plénipotentiaire des États-Unis en France de 1792 à 1794, pendant les années 1789, 1790, 1791 et 1792, Paris, 1901.

P. Nicole, Essais de Morale, contenans divers traités sur plusieurs devoirs importans (1670-1700), t. 6, Paris, 1733.

H. Rauschning, Gesprächen mit Hitler (1938), trad. franç. Hitler m’a dit, publ. R. Girardet, Paris, 1979, réimpr. 2005.

G.-T. Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, 10 vol., Genève, 1780-1781.

N. E. Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, ou le Cœur humain dévoilé (écr. 1794-1797), 6 vol., Paris, 1959.

J. T. E. Richer de Serizy, L’Accusateur public, périodique, 1794-1795.

A. Robespierre, voir M. Robespierre.

M. et A. Robespierre, Correspondance de Maximilien et Augustin Robespierre, publ. G. Michon, 2 vol., Paris, 1926 et 1941.

M. Roland, Correspondance politique (1790-1793), préf. Br. Diaz, s. 1. (Indigo et Côté Femmes Éditions), 1995.

M. Roland, Mémoires, Paris, 1966.

J.-J. Rousseau, Du Contrat Social, ou Principes du Droit politique (1762), Paris, 1966.

J.-J. Rousseau, Du Contrat Social. Édition originale [chez M.-M. Rey, Amsterdam] commentée par Voltaire. Fac-similé inédit, prés. M.-A. Burnier, Paris, 1998.

J.-J. Rousseau, Lettres écrites de la Montagne (automne 1764), dans ses Œuvres complètes, Coll. Pléiade, t. 3, Paris, 1964, réimpr. 1979, p. 683-897.

J.-J. Rousseau, Rousseau juge de Jean-Jacques. Dialogues (écr. 1772-1775), dans ses Œuvres complètes, t. 1, p. 657-976.

J.-J. Rousseau, Les Rêveries du Promeneur solitaire (écr. 1776-1778), publ. H. Roddier, Paris, 1960, réimpr. 1981.

J.-J. Rousseau, Œuvres complètes, Coll. Pléiade, t. 1, Paris, 1959, réimpr. 1991 t. 3, Paris, 1979.

J.-J. Rousseau, Correspondance complète, publ. R. A. Leigh, 52 vol., Genève, puis Genève-Madison, puis Banbury, puis Oxford, 1965-1998.

P. C. Roy, Discours prononcé à la porte de L’Académie française par M le Directeur à M***, 1742, réimpr. 1746.

N. Ruault, Gazette d’un Parisien sous la Révolution. Lettres à son frère, 1783-1796, publ. A. Vassal et C. Rimbaud, Paris, 1976.

D.-A.-F. de Sade, La Philosophie dans le Boudoir, ou les Instituteurs immoraux (1795), Paris, 1974.

G. Sand, Histoire de ma Vie (écr. à partir de 1847 publ. 1854-1855 rev. et augm., 1876), publ. M. Reid, Paris, 2004.

G. L. Schmid : H.-U. Seiffert, éd., « Banquets de philosophes : Georges Louis Schmid chez Diderot, d’Holbach, Helvétius et Mably », dans Dix-Huitième Siècle, vol. 19, 1987, [p. 223-244], p. 226-240.

G.-A. Sénac de Meilhan, Des Principes et des Causes de la Révolution en France (1790), Paris, 1987.

G.-A. Sénac de Meilhan, L’Émigré (1793), dans Romanciers du XVIIIe siècle, Coll. Pléiade, Paris, 1965.

G.-A. Sénac de Meilhan, Du Gouvernement, des Mœurs et des Conditions en France avant la Révolution..., Hambourg, 1795 (cité de seconde main).

G. (Mme) de Staël, Des circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution, et des principes qui doivent fonder la République en France (écr. 1798), publ. L. Omacini, Genève-Paris, 1979.

G. (Mme) de Staël, De la Littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales (1800), 2 vol., Genève-Paris, 1959.

Stendhal, Œuvres intimes, publ. H. Martineau, Coll. Pléiade, Paris, 1955, réimpr. 1966.

Stendhal, Journal (écr. 1801-1823), dans ses Œuvres intimes, p. 399-1308.

Stendhal [recueil fictif :] Paris-Londres. Chroniques (1822-1829), publ. R. Dénier, Paris, 1997.

Stendhal, Vie de Henri Brulard (écr. 1835 et s.), dans ses Œuvres intimes, p. 1-398. Abbé C.-N.-J. Trublet, voir Formey.

P. Verri et A. Verri, Voyage à Paris et à Londres (1766-1767), (éd. orig., Milan, 1980), trad. de l’italien, M. Baccelli, Paris, 2004.

Voltaire, Œuvres, 70 vol., publ. Beuchot, Paris, 1828-1834.

Voltaire, Mélanges, Coll. Pléiade, publ. J. van den Heuvel, Paris, 1961, réimpr. 1995.

Voltaire, Le Préservatif ou critique des « Observations sur les Écrits modernes », 1738.

Voltaire, Essai sur les Mœurs et l’Esprit des Nations... (écr. 1740-1756), publ. R. Pomeau, 2 vol., Paris, 1963.

Voltaire, Nouveaux Mélanges (1756), dans ses Œuvres complètes, 70, vol., Kehl, 1784, t. 41.

Voltaire, Candide ou l’Optimisme, traduit de l’allemand de Mr le Docteur Ralph (écr. 1758, publ. 1759), dans ses Romans et Contes (voir infra), p. 137-221.

Voltaire, Anecdotes sur Fréron écrites par un homme de lettres qui voulait être instruit des mœurs de cet homme (1761), publ. J. Balcou, dans Les Œuvres complètes de Voltaire, t. 50, Oxford, 1986, p. 471-522.

Voltaire, Idées républicaines, par un membre d’un corps (1765), dans ses Mélanges, p. 503-524.

Voltaire, voir Rousseau, deuxième mention du Contrat Social.

Voltaire, Dialogue du chapon et de la poularde (1763), dans ses Mélanges, p. 679-684.

Voltaire, Sentiment des Citoyens (décembre 1764), consulté dans Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, appendice 343, t. 23, Banbury, 1975, p. 378-382.

Voltaire, Dictionnaire philosophique (1764 et 1765), Paris, 1964.

Voltaire, Examen important de Mylord Bolingbroke, ou le Tombeau du Fanatisme, écrit sur la fin de 1736 (écrit en fait en 1767), dans ses Œuvres complètes, Armand-Aubrée, t. 27/2, Paris, 1830, p. 1-137.

Voltaire, L’ingénu. Histoire véritable tirée des manuscrits du P. Quesnel (1767), dans ses Romans et Contes, publ. R. Pomeau, Paris, 1966, réimpr. 1998, p. 317-381.

Voltaire, Les Honnêtetés littéraires (1767), dans ses Mélanges (voir supra), Paris, 1995, p. 949-1000.

Voltaire, La Défense de mon Oncle (1767), dans ses Mélanges (voir supra), p. 1145-1213.

Voltaire, La Guerre civile de Genève, ou les amours de Robert Covelle. Poème héroïque. Avec des notes instructives (écr. 1766 et 1768), « Besançon » (localisation fausse ; en fait : Genève), 1768 ; rééd. dans Œuvres complètes de Voltaire, t. 63A, Oxford, 1990, p. 1-152.

Voltaire, Sermon prêché à Bâle, le premier jour de l’an 1768, par Josias Rossette (début 1768), dans ses Œuvres, publ. Beuchot, t. 44, Paris, 1831.

Voltaire, L’Épître aux Romains, traduite de l’italien par M. le Comte de Corbera (1768), dans ses Œuvres, publ. Beuchot, t. 44, Paris, 1831, p. 154-189. Voltaire, Épître écrite de Constantinople aux Frères (1768), dans ses Œuvres, publ. Beuchot, t. 44, Paris, 1831, p. 6-10.

Voltaire, Homélie du Pasteur Bourn, prêchée à Londres le jour de la Pentecôte 1768 (1768), dans ses Œuvres, publ. Beuchot, t. 44, Paris, 1831, p. 370-381.

Voltaire, Profession de Foi des Théistes, par le comte DA au R.D., traduite de l’allemand (1768), dans ses Œuvres, publ. Beuchot, t. 44, Paris, 1831, p. 112-142.

Voltaire, Dieu et les Hommes. Œuvre théologique, mais raisonnable. Par le docteur Obern. Traduit par Jacques Aimon (octobre 1769), publ. R. Mortier dans Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. 69, Oxford, 1994, p. 247-506.

Voltaire, Les Lettres d’Amabed, etc., traduites par l’abbé Tamponnet (1769), dans ses Romans et Contes, Paris, 1966, p. 511-556.

Voltaire, Le Pyrrhonisme de l’Histoire, par un bachelier en théologie (1769), dans ses Œuvres, publ. Beuchot, t. 31, Paris, 1829, p. 382-485.

Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie (1770-1774), dans ses Œuvres, t. 28-32, 1829.

Voltaire, Sermon du Papa Nicolas Chariteski, prononcé dans l’église de sainte Toleranski, village de Lituanie, le jour de la Sainte Épiphanie, Genève, (mai) 1771.

Voltaire, Lettres de Memmius à Cicéron (1771), dans ses Œuvres complètes, t. 26/1, Paris, 1829.

Voltaire, Il faut prendre un parti ou le principe d’action. Diatribe (daté du 24 août 1772, publ. 1775), dans ses Œuvres complètes, t. 26/1, Paris, 1829, p. 118-160.

Voltaire, Histoire de Jenni ou l’Athée et le Sage, par Mr Sherloc, traduit par Mr. de la Caille (1775), dans ses Romans et Contes, Paris, 1966, p. 611-668. Voltaire, Romans et Contes, publ. H. Bénac, Paris, 1960 et publ. R. Pomeau, Paris, 1966, réimpr. 1998.

Voltaire, [L’Affaire Paméla.] Lettres de Monsieur de Voltaire à Mme Denis, de Berlin (écr. 1753-1754), publ. A. Magnan, Paris, 2004.

Voltaire, Correspondence and related Documents, publ. Th. Besterman, 51 vol., Genève-Toronto, puis Banbury, puis Oxford, 1968-1977.

Voltaire, Correspondance [seulement active], Coll. Pléiade, 13 vol., Paris, 1963-1993.

Voltaire, Notebooks, publ. Th. Besterman, 2 vol., Genève, 1952 ; rééd., 2 vol.,

Genève-Toronto, 1968.

 

 

 

2. Travaux

 

E. Abanime, « Voltaire antiesclavagiste », dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 182, Oxford, 1979, p. 237-251.

J. Balcou, Fréron contre les Philosophes, Genève-Paris, 1975.

J. Balcou, voir Fréron dans les Sources.

R. F. Beerling, « Lumières et ténèbres, remarques sur deux protagonistes. Rousseau et Voltaire », dans Voltaire, Rousseau et la Tolérance (Actes du Colloque d’Amsterdam, novembre 1978), Amsterdam, 1980, p. 39-58.

B. Blumenkranz, dir., Juifs en France au XVIIIe siècle, Paris, 1994. J. Calvet, Manuel illustré d’Histoire de la Littérature française, Paris, 1936.

P.-G. Castex et P. Surer, Manuel d’Études littéraires françaises. XIXe siècle, Paris, 1950.

H. Cazes, « Voltaire, inventeur des tanks », dans Mercure de France, 1er mars

1920, p. 405-414.

M.-H. Cotoni et L. Vigliéno, « Julien au siècle des Lumières en France », dans J. Richer, éd., L’Empereur Julien. De la Légende au Mythe (de Voltaire à nos jours), Paris, 1981, p. 11-39.

C. Des Granges, Histoire de la Littérature française, 34e éd., Paris, 1939.

F. S. Eigeldinger, voir R. Trousson.

H. J. Favier, « Angélique Diderot et les Caroillon sous la Révolution », dans Dix-Huitième Siècle, vol. 19, 1987, p. 283-298.

P. Gaxotte, La Révolution française (1928), Paris, 1966.

A. Gérard, ‘Par principe d’humanité...’ La Terreur et la Vendée, Paris, 1999.

J. Goulemot, A. Magnan, D. Masseau, dir., Inventaire Voltaire, Paris, 1995.

É. Groffier, Le Stratège des Lumières. Le Comte de Guibert, Paris, 2005.

A. Gunny, Images of Islam in eighteenth-century writings, Londres, 1996.

G. Gusdorf, Naissance de la Conscience romantique au Siècle des Lumières [« Les Sciences humaines et la Pensée occidentale », vol. 7], Paris, 1976.

G. Gusdorf, La Conscience révolutionnaire. Les Idéologues [« Les Sciences humaines et la Pensée occidentale » vol. 8], Paris, 1978.

G. Gusdorf, Le Savoir romantique de la Nature [« Les Sciences humaines et la

Pensée occidentale », vol. 12], Paris, 1985.

G. Gusdorf, Les Origines de l’Herméneutique, Paris, 1988.

R. Hayakawa, « L’assassinat du boulanger Denis François le 21 octobre 1789 », dans Annales historiques de la Révolution française, 2003/3, p. 1-19.

P. Hazard, La Crise de la Conscience européenne, 1690-1715, Paris, 1961, réimpr. 1978.

G. Lanson, Histoire de la Littérature française, 20e éd., Paris, 1928.

A. Latreille, L’Église catholique et la Révolution française, t. 1, « Le pontificat de Pie VI et la crise française (1775-1799) », Paris, 1946.

C. Lauriol, « Un assassinat littéraire, ou Voltaire et les Pensées de La Beaumelle » dans Le Siècle de Voltaire. Hommage à René Pomeau, 2 vol., Oxford, 1987, t. 2, p. 593-601.

C. Launiol, La Beaumelle. Un protestant cévenol entre Montesquieu et Voltaire, Genève-Paris, 1978.

J.-M. Le Gall, « La nécropole dynastique des Bourbons à Saint-Denis ou l’impossible simple corps du roi », dans Revue historique, vol. 325, 2006/1, p. 61-80.

J. Lemaine, R. Trousson, J. Vercruysse, dir., Dictionnaire Voltaire, Bruxelles, 1994.

G. Lenôtre, Les pèlerinages de Paris révolutionnaire. Les Jardins de Picpus, Paris, 1928.

J. Lough, « Le Baron d’Holbach. Quelques documents inédits ou peu connus », dans Revue d’Histoire littéraire de la France, 1957, p. 524-543.

H. Lüthy, La Banque protestante en France. 2. De la Révocation de l’Édit de

Nantes à la Révolution, Paris, 1961.

A. Magnan, « Pour saluer ‘Paméla’. Une œuvre inconnue de Voltaire », dans Dix-Huitième Siècle, vol. 15, 1983, p. 357-368.

A. Magnan, « Le Voltaire inconnu de Jean-Louis Wagnière », dans L’Infini, vol. 25, printemps 1989, p. 61-108.

A. Magnan, voir J. Goulemot.

H.-J. Martin, « Malesherbes et la librairie », dans Malesherbes (Actes du Colloque de la Sorbonne, avril 1794), Paris, 1995, p. 43-74.

X. Martin, Nature humaine et Révolution française. Du Siècle des Lumières au

Code Napoléon, 2e éd., Éd. DMM, Bouère, 2002 ; trad. anglaise (P. Corcoran), New York-Oxford, 2001.

X. Martin, Sur les Droits de l’Homme et la Vendée, Éd. DMM, Bouère, 1995.

X. Martin, L’Homme des Droits de l’Homme et sa compagne. Sur le quotient intellectuel et affectif du ‘bon sauvage’, Éd. DMM, Bouère, 2001.

X. Martin, Mythologie du Code Napoléon. Aux soubassements de la France moderne, Ed. DMM, Bouère, 2003.

X. Martin, « Misogynie des rédacteurs du Code civil : une tentative d’explication », dans Droits. Revue française de Théorie, de Philosophie et de Culture juridiques, vol. 41, « Esprit du Code civil, I », 2005, p. 69-89.

D. Masseau, voir J. Goulemot.

J.-D. Mellot et É. Quéval, collab. A. Menaque, Répertoire d’Imprimeurs/Libraires (vers 1500-vers 1810), Paris, 2004.

S. Menant, voir C. Mervaud.

C. Mervaud, « Julie l’Apostat dans la Correspondance de Voltaire et de Frédéric II », dans Revue d’Histoire littéraire de la France, 1976/5, p. 724-743.

C. Mervaud, Voltaire et Frédéric II : une dramaturgie des Lumières, 1736-1778, [Studies on Voltaire and the eighteenth Century, 234], Oxford, 1985.

C. Mervaud et S. Menant, éd., Le Siècle de Voltaire. Hommage à René Pomeau, 2 vol., Oxford, 1987.

J. Mohsen Fahmy, Voltaire et Paris [Studies on Voltaire and the eighteenth Century, 1951, Paris, 1981.

G. de Monsembernard, Sénac de Meilhan, Auch, 1969.

R. Mortier, « Diderot et la notion de ‘peuple’ », dans Europe, 1963/1, p. 78-88.

R. Mortier, Le Cœur et la Raison. Recueil d’études sur le dix-huitième siècle, préf. R. Pomeau, Oxford-Bruxelles-Paris, 1990 ; dont « L’idée de décadence littéraire au XVIIIe siècle », p. 53-67 ; « Voltaire et le peuple », p. 89-103.

R. Mortier, « Les ‘philosophes’ français du 18e siècle devant le judaïsme et la judéité », dans B. Blumenkranz, dir., Juifs en France au XVIIIe siècle, Paris, 1994, p. 191-211.

R. Mortier et R. Trousson, dir., Dictionnaire de Diderot, Paris, 1999.

G. L. Mosse, De la Grande Guerre au Totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes [Fallen Soldiers. Reshaping the Memory of World Wars, Oxford, 1990], trad. E. Magyar, préf. S. Audoin-Rouzeau, s. 1., (Hachette), 1999.

C. Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, Paris, 1981.

R. et S. Pillorget, France baroque, France classique, Coll. Bouquins, 2 vol. (« Récit », puis « Dictionnaire »), Paris, 1995.

S. Pillorget, voir R. Pillorget

P. Pluchon, Nègres et Juifs au XVIIIe siècle. Le Racisme au Siècle des Lumières, Paris, 1984.

L. Poliakov, Histoire de l’Antisémitisme, 4 vol., t. 3, « De Voltaire à Wagner », Paris, 1968.

L Poliakov, Le Mythe Aryen. Essai sur les sources du racisme et des nationalismes, Paris, 1971 ; rééd. augmentée, Paris, 1987.

R. Pomeau, dir., Voltaire en son temps, t. 4, « Écraser l’infâme », Oxford, 1994.

R. Pomeau, voir C. Mervaud et S. Menant.

C. Quetel, De par le Roy. Essai sur les Lettres de Cachet, Toulouse, 1981.

É. Quéval, voir J.-D. Mellot.

M. Regaldo, Un milieu intellectuel : la Décade philosophique (1794-1807), th. Paris IV, 1976, Lille et Paris, 5 vol. dactyl.

S. Rials, La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, Paris, 1988.

A. M. Rousseau, L’Angleterre et Voltaire, trois vol. des Studies on Voltaire, vol. 145-147, Oxford, 1976.

H.-U. Seiffert, voir G. L. Schmidt dans les Sources.

J. Sévillia, Historiquement Correct. Pour en finir avec le passé unique, Paris, 2003.

J. Sgard, « L’échelle des revenus » (au XVIIIe siècle), dans Dix-huitième Siècle, vol. 14, 1982, p. 425-433.

A. Soboul, dir., Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, 1989.

J. S. Spink, « The reputation of Julian ‘the apostate’ in the Enlightenment », dans Studies on Voltaire and the 18th century, vol. 57, 1967, p. 1399-1415.

P. Surer, voir Castex.

R. Trousson et F. S. Eigeldinger, dir., Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, Paris, 2001.

R. Trousson et J. Vercruysse, dir., Dictionnaire général de Voltaire, Paris, 2003.

R. Trousson, voir J. Lemaire, et R. Mortier.

J. Vercruysse, voir. J. Lemaire, voir R. Trousson.

L. Vigliéno, voir M.-H. Cotoni.

J. de Viguerie, « La tolérance à l’ère des Lumières », dans La Tolérance (Actes du Colloque de la Sorbonne, 1985), Paris, 1986, p. 43-55.

J. de Viguerie, Christianisme et Révolution. Cinq Leçons d’Histoire de la Révolution française, Paris, 1986.

J. de Viguerie, Histoire et Dictionnaire du Temps des Lumières, Coll. Bouquins, Paris, 1995.

J. de Viguerie, Itinéraire d’un Historien. Études sur une crise de l’intelligence, XVIIe-XXe siècle, Éd. DMM, Bouère, 2000.

J. de Viguerie, Discours de réception (sur la disparition de la poésie au XVIIIe siècle et sa renaissance avec A. Chénier), dans Recueil de l’Académie des Jeux floraux de Toulouse, 2002, p. 137-162.

J. de Viguerie, Filles des Lumières. Femmes et Sociétés d’esprit à Paris au XVIIIe siècle, en préparation (pour parution en 2006).

B. Vinot, « Condorcet et sa terre natale », dans Annales historiques de la Révolution française, vol. 275, 1989/1, p. 1-15.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Table des matières

 

 

Avant-propos

 

Chapitre Ier. Un mépris des hommes inimaginable

Des bêtes brutes appelées hommes, p. 9 – Un élitisme épicurien, p. 13 – Apologie de la jouissance, p. 17 – La vérité ? Point trop n’en faut, p. 19 – Mentir comme un diable, p. 22 – Une culture de mépris, p. 25 – Un crachat d’humaniste, p. 28.

 

Chapitre II. Gueux et bêtes puantes

Échantillonnage, p. 31 – « Arabes appelés Juifs », p. 34 – Welches et autres bêtes puantes, p. 38.

 

Chapitre III. Misérable échappé des Cévennes

Le son des clés et des verrous, p. 42 – Un opiniâtre embastilleur nommé Voltaire, p. 45 – Écraser les scorpions, p. 49 – Vous êtes, Monsieur, un cruel homme, p. 52 – Autoportrait, p. 58 – Un bénévole dans la police de la pensée, p. 60 – Écraser cette chenille, p. 66 – Guetteur d’aubaines, p. 70 – Accointances policières confirmées, p. 72.

 

Chapitre IV. Écraser Frédéric ?

Haine à chaque page, p. 75 – Surabondance de fiel, p. 77 – Ne pas chanter trop tôt victoire, p. 81 – Une douce vengeance, p. 83 – Les « mauvaises lunettes » du politologue, p. 86 – Frédéric enchaîné ? p. 89 – « Un peu de haine » ? p. 93 – Je hais tous les héros, p. 99 – Une mission impossible, p. 101.

 

Chapitre V. Le convulsionnaire de la tolérance

Pensée unique, p. 105 – Excès de rage, p. 108 – L’avis du médecin, p. 112 – Le cas d’être un peu vif, p. 118 – Dernier des hommes par le cœur, p. 122 – « Méprisé et haï à mon âge », p. 123.

 

Chapitre VI. Un consortium de fanatiques ?

Fanatique et cruelle tyrannie, p. 128 – « Plus aimables à lire qu’à voir », p. 130 – « Une fureur persécutante de systèmes », p. 136 – Une élite raffinée, p. 138 – Libre échange de mépris ou de haine, p. 144 – Deux bon vieux amis ? p. 146 – Plaisir de haïr seule ? p. 150 – Besoin surtout d’aimer, p. 152.

 

Chapitre VII. L’Infâme et sa jarretière

« Je recommande l’infâme à votre sainte haine », p. 157 – Le patriarche des écraseurs, p. 161 – S’époumoner, dans un souper, contre l’infâme ? p. 164 – Mais n’écraser que tout doucement, p. 168 – Défoulements lexicaux, p. 172 – Satan leur « père commun », p. 175 – L’unique rédempteur, p. 178 – Purger la terre de ses sottises, p. 182 – Mais l’infâme est bonne fille, p. 185 – « Le pape dans ma manche quand je voudrai », p. 187 – Père temporel des Capucins, p. 190 – Prélat incrédule, p. 192 – Un écraseur en manque d’infâme, p. 194.

 

Chapitre VIII. L’« honneur de haïr » le Croissant

La seule secte qui manque dans ce pays, p. 198 – Tolérance et mépris sont interconnectés, p. 201 – L’islam en dérision, p. 205 – L’impatience d’un mangeur de compote, p. 209 – Haïr « ce gros cochon », p. 212 – Humanisme homicide, p. 214 – Complément d’indécences, p. 217.

 

Chapitre IX. Rousseau, bâtard du chien de Diogène ?

Partenariat riche en promesses, p. 220 – Pot-pourri pour Chiant-pot la perruque, p. 223 – Pluie d’affabilités, p. 228 – Approximations généalogiques, p. 230.

 

Chapitre X. Tours de singes et autodérision

Vous en êtes un autre, p. 233 – Grouillement de quadrumanes, p. 235 – Singe, hibou, rat, pomme cuite ? p. 236 – Du fumier au tombeau : macabres gambades, p. 239 – Du malheur d’être né(e), p. 241 – Haine antichrétienne de l’humanité, p. 244.

 

Chapitre XI. Pulsions homicides

Tirer à balles sur les pasteurs, p. 246 – Écorcher, éventrer, piétiner, étouffer, étrangler, p. 248 – S’il avait des dents, p. 251 – Des châtiments pour têtes de buffles, p. 252 – Fantasmes d’extermination. Le cas des Juifs : premier volet, p. 254 – Le cas des Juifs : second volet, p. 257 – Inventeur et placier d’un hache-viande mécanique, p. 258 – Ça ne coûterait pourtant rien d’essayer, p. 261 – Fantasmes d’extermination. Le cas des Turcs, p. 264 – Leçon de maintien, p. 266.

 

Chapitre XII. Ne pas brûler seulement son livre

Fanatique inventeur de blasphèmes, p. 269 – Prodiges d’hypocrisie, p. 273 – Manteau de Noé, p. 275 – Laissez-moi être Samaritain, p. 278.

 

Chapitre XIII. À chacun son charisme

Je fais du genre humain deux parts, p. 282 – Ô troupeau d’imbéciles ! p. 284 – Haïr l’homme sans culture ? p. 287 – À l’impossible nul n’est tenu, p. 288 – Je ne puis me passer de ceux que je méprise, p. 289 – Un cas d’autarcie, p. 291.

 

Chapitre XIV. Le siècle de la haine?

Siècle haineux et malveillant par caractère, p. 294 – Des « temps de haine », p. 296 – L’entre-égorgement était annoncé, p. 299 – Définitivement exterminer toute la race, p. 303.

 

Chapitre XV. Au soir du siècle de la haine

Acharnement contre les morts, p. 307 – Le beau visage, p. 311 – Un précurseur des charognards ? p. 313 – L’Incorrigible, p. 317 – Faire obligation de jurer la haine pour l’éternité, p. 320 – L’honneur de ne pas haïr, p. 322 – La voie royale, p. 326.

 

Bibliographie

Sources, p. 329 – Travaux, p. 335.

 

Index thématique allégé

 

Index des noms de personnes